arbre (1).png

Isabelle Poulenard

 « L'homme ne peut supporter une vie dénuée de sens.»

Carl Gustav Jung

Depuis ma petite enfance, je chante et n’ai jamais cessé : pour mon plaisir puis pour mon travail à partir de l’âge de 11 ans et pendant plus de 40 années de carrière.

 

Chaque partition, chaque rôle, chaque création, m’a fait travailler vocalement mais pas seulement : en dehors de l’assimilation et de l’apprentissage, autre chose se jouait en et au-delà de moi ; quand j'étais seule à répéter ou quand je rencontrais l'équipe musicale, ou enfin (et c’était là souvent le moment le plus difficile), quand les échéances approchaient !

 

Je fonçais tête baissée en osmose avec le rôle, la musique, les ambiances et je m’y perdais, sans mesurer que je créais ma souffrance par cette fusion inconsciente.
Et puis, comme par miracle, je sentais une vie tellement forte en moi que « ça passait » (plus ou moins bien !), comme si j’étais traversée par une énergie qui me permettait de me re-centrer sur ce qui est capital : le mouvement de vie, que la voix me proposait.

 

Par la suite, j’ai essayé de comprendre ces mécanismes en cherchant de multiples réponses personnelles ou professionnelles... psychothérapie, homéopathie, kinésiologie, différentes pratiques de massages, visualisation positive, sport, danse, yoga, qi gong, médecine chinoise, et j’en passe sans oublier bien sûr, les différentes recherches vocales auprès de nombreux professeurs… mais ça n’avançait pas vraiment : ce que je ne comprenais pas à l’époque, c’est qu’il ne s’agissait pas de me reposer sur une aide extérieure mais de prendre la responsabilité de moi-même.

 

Un jour, en lisant Votre corps a une mémoire de Myriam Brousse, j’ai découvert qu’on pouvait avancer avec le corps et l’esprit réconciliés.

Je me suis alors engagée dans un travail approfondi en mémoire cellulaire : c’est à dire rechercher et comprendre les traumas vécus qui se rejouent sans cesse (à commencer par le moment de la naissance) et dont le corps porte témoignage.

J’avais besoin d’apprendre : j’ai suivi le cycle complet des formations pour me connaitre.

Puis j’ai eu soif de donner, et j’ai recommencé l’ensemble du cursus dans une perspective thérapeutique afin d’aider autrui.

J’ai complété mes outils d’apprentissage par la BRC (Bio Résonnance Cellulaire), méthode développée par Véronique Brousse et qui permet de rendre au corps sa parole perdue.

 

Enfin, s'est ajoutée mon expérience où la voix manifeste les messages du corps.

 

Ainsi je suis devenue praticienne.

 

Cette approche holistique nourrit également mon travail vocal : cours de chant, coaching vocal, prise de parole en public, etc…

 

C’est la voix qui nous raconte, qui dit tout de nous et nous accompagne chaque jour sur la voie de la libération du corps.

unnamed.jpg